top of page

Et si on jetait un œil sur Scarlean ?

Récemment, nous avons eu la chance de poser quelques questions à Alex, chanteur du groupe français de Métal Scarlean ! Bien des choses ont été révélées durant cette interview, et si ça vous intéresse, on vous invite à aller jeter un œil à la vidéo ci-dessous ou à la version écrite qui se trouve un peu plus bas.



Earama - Comment avez-vous (le groupe) vécu la crise sanitaire ?


Scarlean - Pour nous ça a été plutôt bénéfique dans le sens où on était sur la préparation de notre nouvel album qui sortira l'année prochaine ; en Septembre. On rentre en studio en Juin. Donc ça nous a permis vraiment de travailler toutes les compositions et de rentrer dans un process d'arrangement. Donc... Ça nous a permis de nous concentrer sur ça plutôt que sur notre set live. Donc là on reprend un peu les lives, doucement, depuis quelques mois. On sort d'un festival qui a eu lieu vers Bordeaux, le Festival 666. On a quelques dates qui arrivent aussi, il y a pas mal de dates l'année prochaine. Du coup, ça nous permet de reprendre les dates sereinement, de pouvoir travailler, on va dire, notre set et on a déjà fait tout ça en amont pour notre album. Donc pour nous ça a été... génial ! Super gain de temps !

Earama - Oui, ça a permit de caller le côté technique et de pouvoir aller s'amuser sur scène après.

Scarlean - Voilà, c'est ça. Et surtout, ça va nous permettre aussi pour 2022 d'avoir gagné du temps sur la répétition des morceaux qui seront présents sur cet album. Du coup, l'album sort en Septembre, on commence la promotion à partir de Mai. Donc après, tous les festivals et tout qui auront lieu... Les festivals d'été tout ça vers Juin on va pouvoir jouer des nouveaux morceaux donc pour la promo, ça a été super bénéfique.


Earama - Du temps utile finalement ! Et bien utilisé !


Scarlean - Complètement, complètement. On a pu faire et tourner deux clips déjà qui sortiront en début d'année. On va sortir deux singles avant notre album donc voilà, ça nous a permit de prendre de l'avance sur ça et de ne pas faire les choses au dernier moment. On avait plein de balles dans nos chargeurs !


Earama - Eh bien, c'est parfait ! En parlant des nouvelles chansons qui arrivent et tout ça... Vous aviez dit dans votre page Earama que vous utilisiez le 'Ghost', que vous écriviez à travers ses yeux. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus à ce propos ?


Scarlean - Oui ! En fait, ce que j'essaie de dire à travers ça c'est donc que moi, quand j'écris, l'idée c'est d'essayer de sortir un petit peu de ma vision à moi du coup j'utilise ce personnage – c'est d'ailleurs pour ça qu'on l'a créé – pour décrire des scènes à travers quelqu'un d'autre. Donc ça évite d'avoir un jugement trop personnel et ça permet un peu... On va dire de rentrer dans du acting, quoi. C'est comme jouer un personnage. Donc voilà, sur scène aussi, on en joue pas mal. On parle beaucoup des diverses personnalités et tout ça, des personnes... Ça rentre même un peu dans des sujets qui parlent de la schizophrénie et tout ça. Donc c'est des choses qu'on joue aussi un peu sur scène. Du coup avoir un personnage comme ça ; un peu spectral, qui permettait d'écrire à travers ses yeux. Ça correspond vraiment à nos paroles. Donc il y a ce personnage là. On a fait deux albums où ce personnage était assez central mais là en fait ce qu'on essaie de faire c'est d'étendre un peu notre univers. Là, on est entrain de créer quelque chose un peu autour de ça.


Earama - Et comment vous en êtes venu à écrire à la troisième personne, à travers les yeux de quelqu'un d'autre ?

Scarlean - Moi je suis fasciné par tout ce qui est relié notamment à l'esprit. Quand je parlais de schizophrénie tout à l'heure, de diverses personnalités et tout ça, c'est un sujet qui me passionne depuis longtemps. On a fait un clip qui s'appelle 'Forsaken By Love' où on a ce personnage, par exemple, qui va imiter... Donc on a une foule d'acteurs, une quinzaine d'acteurs, on avait même des animaux des chats... En fait entre chaque scène on a le 'Ghost' qui imite l'attitude de l'acteur qu'il y avait juste avant. Donc l'idée, c'est un peu parti de ce concept-là où on s'est dit << tiens, il va nous permettre de juger des situations ou de reproduire des situations – en tout cas, dans l'écriture – mais sans avoir à se mouiller. >> Donc vraiment, c'est parti de ce point-là, de ce clip-là.


Earama - Malgré tout il y a une espèce de partie de vous mais incontrôlable, finalement. Sans filtre...

Scarlean - Oui, ça permet des fois de s'exprimer sur des sujets où on n'a pas forcément envie qu'on comprenne que c'est notre avis propre. Du coup ça brouille les pistes en fait. Donc vous ne saurez jamais à quoi je pense réellement, haha !

Earama - Ça garde une part de mystère alors qu'en vrai c'est une espèce de bouclier.


Scarlean - Ouais, voilà, c'est ça. Alors après, pareil, il y a pas mal de texte où... Il y en a notamment un sur les violences conjugales où on se met à la place de la victime, ensuite on se met à la place du bourreau. Et on essaie de toujours de vraiment rester dans ce truc d'acting. Donc il y a des moments où on parle à la première personne avec des mots qui ne sont pas du tout les nôtres. Ce n'est pas du tout des choses auxquelles on pense. Et des fois on essaie vraiment de jouer des personnages. En tout cas moi c'est ce que j'essaie de faire ; de jouer un personnage qui colle en fait au texte.


Earama - Oui, histoire de s'approprier complètement le texte, de le vivre complètement et de le rendre complètement.


Scarlean - Voilà. C'est une écriture un peu cinématographique.


Earama - Est-ce qu'il y a un artiste qui t'a inspiré justement pour cette étape d'acting dans tes chansons ?


Scarlean - Pas spécialement. Après je suis très fan de littérature... On va dire... Fantastique, de cinéma horrifique et fantastique... Après je suis fan de Lynch. Je suis fan de plein d'artistes qui ont des univers très barrés, quoi. J'adore Gregg Araki avec genre 'The Doom Generation' ou 'Nowhere', enfin voilà, des films un peu typés qui ont toujours eu ce truc un peu cru et en même temps assez poétique ; j'aime bien ce mélange dans un texte où on peut avoir des mots assez doux et puis au milieu avoir des 'putain', quoi ! J'aime bien ce truc un peu de douceur et d'un coup ça devient violent et voilà... Dans l'écriture en tout cas c'est ce qui me plaît. Donc du coup je suis toujours inspiré par ce genre de réalisateur et tout ça parce qu'ils ont toujours ce côté là. Tout à l'heure je parlais de Lynch, sur des films comme 'Lost Highway' par exemple où on a quelque chose de très doux au début ; l'amour et tout ça qui devient d'un coup un drame. Enfin voilà. J'aime bien ce genre de choses.

Earama - En général, les musiciens ont toujours une partie ''personnage'' dans ce qu'ils font ce n'est jamais 100% eux, à la vie quotidienne, j'entends. Du coup, effectivement, le parallèle avec la réalisation est excellent parce que c'est vrai que -pour le coup- il y a cette part d'acting de toutes façons donc autant s'en servir au maximum et la pousser à ce qu'elle soit utile à l'écriture et à toute la réalisation de l'album.


Scarlean - Oui, c'est ça. Et puis après, ça déborde, forcément, sur tout ce qui est visuel, sur les pochettes... Sur les photos qu'on va pouvoir faire. Par exemple les dernières photos promo qu'on a fait, on a fait ce mur avec plein de mains comme ça sur le mur. Enfin voilà, c'était encore un truc lié aux différents personnages dont on parle dans nos textes. Donc voilà, il y a toujours un petit truc, une petite chose dans l'image ou... voilà, pour rappeler ça, justement.


Earama - C'est un vrai plaisir d'aller rattraper l'art partout comme ça. Il y a vraiment plusieurs formes d'art qui se mêlent.


Scarlean - Bah dans le groupe on est tous un peu passionné et on est tous dans l'illustration, la photo donc voilà. On vient tous de ces univers là, en terme de métiers, c'est des choses qui sont assez naturelles pour nous en fait.


Earama - Est-ce que vous mêlez justement ce côté artistique à se côté musical ? Bien que la musique soit de l'art, mais je parle plus de designs, par exemple. Est-ce que c'est vous qui faites le design de votre merchandising ?

Scarlean - On fait tout de A à Z. Que ce soit les clips, les pochettes d'albums, le merchandising, les t-shirts... On a notre guitariste, Michel, qui a une boîte de prod' qui s'appelle CanaProd. Il fait aussi de la photo donc il réalise des clips pour pas mal de groupes. On a Joe, notre autre guitariste qui lui fait un peu de motion design et qui l'aide aussi dans ce projet de 'CanaProd'. On a notre bassiste qui lui, fait de la 3D. Notre batteur qui a un studio d'enregistrement. Donc pareil, on a pu faire tous nos albums là-bas et les singles qu'on va faire on va les faire là-bas aussi. Moi je suis directeur artistique et graphiste. Donc pareil, voilà, je dirige un peu, je donne un peu l'axe de l'univers mais tout le monde met la main à la pâte en fait.


Earama - C'est bien, parce que tu faisais le parallèle avec le cinéma tout à l'heure, mais du coup on a l'impression de ça, c'est-à-dire que c'est vraiment comme sur un plateau de cinéma ; Chacun a sa place. Vous avez tout ce qu'il vous faut pour partager votre univers et le garder propre à vous en même temps. Pour pouvoir exposer dans chaque note de votre musique, le message que vous avez envie de transmettre. C'est absolument génial.


Scarlean - C'est super. Et puis après, il y a de ça ; chacun dans nos métiers respectifs on a, du coup, un réseau qui est assez large. Par exemple, quand on veut travailler... Euh.. ; Moi je travaille pour pas mal de marques de fringues. Donc on fait pas mal de shootings où on fait travailler Michel, qui est donc le guitariste, parce que je trouve qu'il est super talentueux. Du coup on travaille avec des mannequins, avec des modèles... Dès que nous on a besoin, bah on sait tout de suite où aller chercher les gens, quoi ! Du coup, ce réseau là est très intéressant et on n'hésite pas à aller taper dedans !


Earama - Il faut ! Ce serait dommage autrement ! C'est une vraie team, une vraie équipe, soudée au maximum. Et comment avez-vous fait pour tous vous rencontrer ? Comment avez-vous créé ce réseau ?


Scarlean - Alors moi, j'ai créé Joe avec... Euh... *rires* J'ai créé Joe.... J'ai créé Scarlean avec Joe, plutôt. C'était en 2013. Ça faisait déjà un moment qu'on jouait ensemble parce qu'on avait déjà un groupe avant. On avait une vingtaine d'années... C'était il y a... Quelques années, putain. Ça s'appelait Aquilon. On faisait un espèce de Death/Black/Melodic enfin voilà, c'était un peu plus musique extrême. Il y avait quand même du chant féminin, on avait une écriture en français. On essayait déjà un peu de sortir des clichés du Metal de cette époque. On avait fait des albums aussi. On avait enregistré un album chez Gojira. On avait tourné avec eux. On avait signé chez Adipocere. Enfin... C'était la grande époque du Métal ! Il y avait eu le premier numéro de Metallian. Donc voilà, c'était vraiment cette époque-là, quoi. Il y a... Une bonne grosse vingtaine d'années, haha ! Et donc voilà, on a toujours un peu joué ensemble. Michel était dans un autre groupe qui s'appelle Your Shapeless Beauty qui était un groupe de Black assez Melodic de cette époque là. Ils faisaient partie eux aussi de l'écurie Adipocere. Fabien, qui est le batteur de Scarlean, était le batteur d'Aquilon, qu'on a récupéré au fur et à mesure des années. Et Olivier, qui est à la basse, nous réalisait nos premiers clips avec Scarlean. Donc voilà, c'est des gens avec qui on a toujours eu des échanges. Et puis, voilà, de fil en aiguille, ils se sont rapprochés du projet parce que.. ; Bah des affinités, parce que souvent les line-up ça bouge. Puis c'est un projet qu'on a monté avec Joe, à deux. On a enregistré l'album tous les deux... Et ensuite, on a cherché des musiciens. Donc les musiciens qu'on a trouvé n'ont pas forcément fonctionné dans le projet dès le départ. Donc on a eu un gros changement de Line-up. On a eu 4 batteurs, 3 guitaristes... Et là ça fait 2 ans qu'on est tous ensemble et ça fonctionne super bien, quoi. Là, on a vraiment trouvé un groupe stable avec chacun qui a une place vraiment importante et voilà.


Earama - C'est là où je voulais en venir tout à l'heure ; Quand on vous regarde, on voit une équipe vraiment unie et qui va dans la même direction.

Est-ce qu'il y a quelque chose dont tu as envie de nous parler ? Quelques chose qui sort prochainement ou autre ?

Scarlean - A venir... Oui, voilà, ce que je disais tout à l'heure ; notre sortie d'album qui sera en Septembre 2022. On rentre en studio en Juin. On a un premier clip qui va sortir avec un single en Mai. En Juillet on aura le deuxième. Et entre-deux on aura certainement quelques trucs aussi qu'on prépare... Euh... Voilà. C'est des surprises, on ne sait pas trop encore, haha !

On a pas mal de truc en construction. Le Covid a aussi repoussé pas mal de dates à l'année prochaine. Il y a pas mal de festivals, aussi, dans lesquels on devait jouer. Puis finalement, ça a été décalé. Du coup, comme on devait jouer l'année après celle qui arrivait du coup ça décale à 2023... Du coup on rebook plein de choses. On est sur 2 dates avec le groupe 'Les 3 Fromages'. On a ça, on a pas mal de festivals qui se sont inscrits... Peut-être un petit bout de tournée européenne. Une tournée peut-être aussi avec deux groupes français assez importants en fin d'année. Là, pareil : c'est en préparation. Donc on a... Beaucoup de choses en préparation !

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page